Notre projet

Notre projet

Suite au lancement du projet, nous avons rapidement établi des critères, afin de correctement sélectionner la classe et le modèle de navire que nous souhaitions restituer.

Dans un premier temps, notre décision fut dictée par des besoins techniques. En effet, nous souhaitions construire un navire adapté à la navigation hauturière, avec un tonnage suffisant pour emmener au moins 15 personnes avec leur équipement et d’une longueur inférieure à 18m afin de faciliter la gestion future de l’embarcation. En outre, le bateau devait être suffisamment bien conservé pour permettre d’établir des plans précis et disposer d’une bibliographie facilement accessible. Enfin, le navire devait pouvoir illustrer la traversée de Guillaume le Conquérant en 1066 lors de la conquête de l’Angleterre. Le modèle devait alors correspondre chronologiquement et structurellement aux embarcations décrites dans les différentes sources liées à cette thématique.

Après cette thésaurisation, seuls trois navires correspondaient à nos critères. Le Skuldelev 1, embarcation de type Knörr (bateau de charge), le Skuldelev 3 de type Byrding (bateau côtier) et le Skuldelev 5 de type Snekkar (bateau de guerre). Ces trois épaves danoises datées par dendrochronologie du XIe siècle, furent découvertes en 1962 dans le fjord de Roskilde (Danemark). L’état de conservation remarquable et la très large bibliographie permettaient alors de correctement cerner les éléments techniques afin de réaliser une restitution cohérente de l’ensemble.

Après discussion avec les différents acteurs du projet, nous avons opté pour le Skuldelev 5. Les analyses réalisées sur le bois démontrent qu’il fut construit en 1024 au Danemark, puis coulé à la fin du XIe siècle. De plus, le Skuldelev 5 est structurellement similaire aux autres bateaux à clins du Haut moyen-âge, il nous permettra donc de couvrir la très vaste période s’étalant entre les grands raids Vikings et la Conquête de l’Angleterre en 1066.

 

Caractéristiques générales :

 

– Longueur : 17,30m

– Largeur : 2,47m

– Tirant d’eau  (en charge) : 0,6m

– Poids : 7,8 T (équipage, armement et lest compris)

– Nombre d’avirons : 26

– Équipage : 30 hommes

– Voile : 46m²

– Datation : 1024

Pourquoi construire un bateau ? 

Aspect scientifique :

Bien que les techniques de construction d’un langskip soient maintenant parfaitement connues, en particulier grâce à l’impressionnant travail du Vikingeskibsmuseet i Roskilde (Danemark), les données liées à l’évolution structurelle de cette classe de navire sur le long terme restent lacunaires. Nous souhaitons tester le bateau, en étudiant son comportement face à différentes situations en mer, mais aussi sur les déformations liées à son vieillissementDes aspects plus théoriques telles que la résistance de la peinture aux pigments sur les bordés face à l’eau de mer ou la compréhension des outils de navigation utilisés par les marins au X-XIe siècle, seront aussi étudiés.

Aspect pédagogique :

Nous souhaitons que le chantier soit une école à ciel ouvert, afin de permettre aux jeunes générations de se former aux techniques de construction traditionnelles, mais aussi de mieux connaître le monde maritime et sa diversité. L’océan ayant toujours été omniprésent dans la culture normande, nous estimons qu’il est primordial de préserver en Normandie cet héritage pluriséculaire.

Pour ce faire, nous organiserons tout au long du projet, des ateliers pédagogiques afin de transmettre nos connaissances aux plus jeunes. Différents intervenants proposeront des conférences adaptées à l’auditorat sur des thématiques larges (Histoire de l’Europe médiévale, construction navale, langue, etc.). Nous souhaitons également créer des ateliers ludiques par tranche d’âge, afin d’enseigner les rudiments de la menuiserie, de la forge ou de la corderie par exemple.

Ces différentes activités donneront la possibilité à des néophytes de s’initier à moindres frais, aux aspects techniques liés à la construction et à l’armement d’un bateau, mais aussi plus largement aux biotopes marins et à l’écologie.

 

Construire un bateau et après ?

Au vu des dimensions du navire que nous restituons actuellement, nous devons dès à présent penser à « l’après-construction ». 

Après la mise à l’eau du navire, nous effectuerons un voyage inaugural en Angleterre et ferons la travers entre Saint-Valery-sur-Somme et Pevensey, afin de participer à la reconstitution de la bataille d’Hastings. Outre ce projet qui nous tient à cœur, la fin de la construction du bateau enclenchera la seconde partie de notre projet. Nous tâcherons de faire profiter au plus grand nombre le navire en embarquant des passagers et en les initiant au monde la mer. Nous comptons également organiser des activités autour du bateau d’une journée ou plus et à terme réaliser des sorties en mer de plusieurs jours le long du littoral français.

Pour ce faire, nous souhaitons former 7 équipiers permanents afin de disposer d’un équipage capable de manœuvrer le bateau dans les meilleures conditions. La construction d’un faering (embarcation légère, gréée ou non, à deux bancs de nage) est également prévue, afin de disposer d’une embarcation légère et manœuvrable, permettant de faciliter l’apprentissage de la gestion d’une voile carrée.